L'AUTRE SAINTE-HÉLÈNE
L'autre Sainte-Hélène - The other St. Helena

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES
| Accueil | The other St. Helena | Articles |






L'ADN DE NAPOLÉON
En guise de conclusion



(pour retourner au début de l'article, cliquez ici)

Il ressort de l'étude du professeur Lucotte que Napoléon était de l'haplogroupe E. Celui-ci est fréquent dans les régions d'Afrique et du Proche-Orient, ainsi que dans le bassin méditerranéen comme on peut le voir sur la carte ci-dessous. Mais il existe plusieurs variantes de chaque haplogroupe, même si elles ont toutes une même origine très éloignée dans le temps (au moins 5000 ans), africaine ou sémitique.

Répartition haplogroupe E
Répartition de l'haplogroupe E (source Wikipédia)

L'haplotype particulier de Napoléon, E1b1b1c1*, le caractérise sans doute plus près de l'Europe que de l'Afrique, peut-être avec un ancêtre du Levant. Les Phéniciens notamment ont sillonné, avant bien d'autres peuples, la mer Méditerranée il y a 3000 ans, et ont évidemment semé leurs gènes sur les côtes de l'Afrique du Nord.  Il est donc possible qu'un ancêtre de Napoléon, venant de cette région du Levant, se soit établi dans ce qui deviendra le Maghreb et que sa descendance s'y trouvait encore au début de l'ère chrétienne. Ces populations, que les Romains ont appelé les Berbères, rassemblaient alors un mélange de plusieurs ethnies: phéniciens, juifs, égyptiens, numides, etc. Il est même probable que certains ancêtres de Napoléon aient participé avec Hannibal aux guerres puniques contre Rome. Et, génétiquement parlant, on peut positivement affirmer que Napoléon a plus de similitude ancestrale avec Hannibal qu'avec César ! Et qu'il n'avait rien ni d'Alexandre ni de Thémistocle. Mais Napoléon avait tout pour devenir "mythologique" et ce depuis sa naissance: on sait en effet que sa mère avait dû le mettre au monde précipitamment, à peine arrivée chez elle à Ajaccio, et qu'il naquit dans l'antichambre, sur le vieux tapis décoré de figures mythologiques ! Napoléon était ainsi prédestiné à une carrière extra-ordinaire.

Répartition haplotype E1b
Répartition de l'haplotype E1b (source Eupedia)

carte haplotype E1b1b1b
Répartition de l'haplotype E1b1b1b (source Wikipedia)

Après les Romains, la région du Maghreb a plus tard été envahie par les Arabes lors du "Jihad" (autour de l'an 650), qui ont poursuivi leur progression dans la péninsule ibérique, puis en France avant d'être repoussés au sud des Pyrénées par Charles Martel (après la bataille, ou l'escaramouche, de Poitiers en 732). Eux aussi ont semé leurs gènes lors de ce parcours, et certains appartenaient à l'haplogroupe E car on trouve ces mêmes gènes aujourd'hui dans la péninsule arabique et jusqu'en Espagne. Ces envahisseurs arabes ont été dénommés par le monde chrétien comme les "Maures", appellation déjà utilisée du temps de la conquête romaine pour les barbares venus de l'Ouest, la "Mauritanie". Napoléon aurait ainsi eu parmi ses ancêtres un de ces Maures. Certains historiens ont même mentionné qu'un Buonaparte italien, celui qui s'est établi en Corse, était surnommé "le Maure" (source mentionnée dans Wikipédia; voir aussi article sur la famille Bonaparte qui mentionne "le Maure de Sarzane" dans la page "Histoire"). Un Maure vivant en terre chrétienne? A priori, la chose n'était pas impossible dans les états assez libres d'Italie du Nord. Rappelons-nous Othello, le "Maure de Venise", une pièce de Shakespeare jouée pour la première fois en 1604 et dont l'histoire avait sûrement été créée sur la base d'une certaine situation historiquement authentique (Shakespeare aimait l'Histoire après tout !). 

Un Maure selon Gérôme
Un Maure (peinture de Gérôme)

Le terme Maure s'appliquait à tous ces gens issus de l'Afrique du Nord, et pas spécifiquement aux Musulmans. Il y avait aussi des Juifs qui résidaient dans ce monde arabe, et que l'Islam tolérait. Certains se sont convertis à l'Islam, et d'autres ont préféré se réfugier dans les montagnes de l'Atlas comme leurs ancêtres avaient fait du temps des Romains. Et ils ont vécu là parmi les tribus "berbères" locales pendant 1500 ans. Ces montagnes en terrain berbère étaient bien trop dangereuses à conquérir pour des armées régulières comme un autre "envahisseur", français cette fois, pourra s'en rendre compte lors de la conquête de l'Algérie à partir de 1830. Cette perspective nous amène à émettre une autre hypothèse: se pourrait-il que Napoléon ait eu un ancêtre juif? L'haplotype de Napoléon est en effet le second en importance parmi les juifs d'aujourd'hui, selon une étude. Cet haplotype E1b1b1c1* n'est qu'une variante récente de l'haplotype E1b1b1 car, la recherche évoluant sans cesse, elle définit des sous-divisions génétiques presque chaque année ! Il faudrait revoir les tests de ceux identifiés il y a quelques temps comme étant de l'haplotype E1b1b1 pour déterminer s'ils ne seraient pas aujourd'hui classifiés avec l'haplotype E1b1b1c1*. Et demain apportera sans doute d'autres nuances et variations pour cerner au mieux la vérité.

Par la suite, à partir du Maghreb, un des ancêtres de Napoléon aurait émigré en Italie vers l'an 1000. Pourquoi? Cette période est connue, aussi bien dans le monde musulman que dans le monde chrétien, comme ayant été un âge d'or, au cours duquel les échanges commerciaux, culturels et techniques étaient devenus fréquents. C'est une époque où la menace viking avait presque totalement disparu car ceux-ci avaient finalement accepté l'octroi de territoires, où ils s'installèrent définitivement, en échange de l'abandon de leurs incursions et attaques maritimes. Les échanges commerciaux par voie maritime redevinrent possibles, car sans risque. Voire, cet ancêtre aurait pu être un mercenaire maure employé au service d'un gouvernant local d'Italie ! Il est possible que cet ancêtre, mercenaire ou commerçant, se soit converti au Christianisme après être arrivé en Italie et aurait alors adopté le nom de "Buonaparte". Son cas de conversion n'était pas rare, bien évidemment, et le mot "parte" adopté dans son nouveau patronyme aurait pu avoir plusieurs origines. Par exemple des historiens ont suggéré qu'il signifiait "Bon Parti", pour faire allusion à un parti politique auquel cet ancêtre aurait adhéré ou pour lequel il aurait servi. Qu'importe au juste l'origine étymologique du nom. Ce qui est certain est que le nom a été créé... et ce probablement autour de l'an 1000. Car on ne commence à trouver la trace d'un nom "Buonaparte" dans les archives italiennes qu'à partir de l'an 1100, à Trévise en Italie du Nord. La raison est sûrement, qu'avant cette date, le nom n'existait pas encore en Italie ! Et cet ancêtre converti aurait pu paraphraser Tertullien, un Maure ou Berbère comme lui: "On ne naît pas Buonaparte, on le devient !"

Peu après, un descendant de ce Maure converti, ancêtre de Napoléon, s'est enrôlé pour une croisade en Terre Sainte. Il est peu probable qu'un Maure d'origine musulmane ait été guerroyer en Terre Sainte contre d'autres musulmans, mais un Maure d'origine juive aurait pu le faire. Selon la tradition de la famille Bonaparte, ce fut au retour de cette croisade que leur ancêtre a reçu son titre de noblesse et a choisi son blason. Ce choix peut aussi rappeler une origine juive de ce Buonaparte, comme on peut le constater avec les étoiles à six côtés (car, en héraldique, les étoiles sont par défaut à cinq côtés). Peut-être avait-il voulu simplement rappeler sa mission en Terre Sainte en adoptant cette étoile plutôt qu'une de forme habituelle. Des années plus tard, d'autres Bonaparte modifieront ce blason en prenant un motif d'étoile à cinq côtés (voir armorial de Lucien Bonaparte par exemple). Quant au nom de la famille, le père de Napoléon signait sous le nom de Buonaparte, probablement parce qu'il souhaitait mettre en avant une origine de la noblesse toscane (une famille Buonaparte y avait existé) alors que ses enfants avaient été enregistrés comme Bonaparte à leur naissance. Napoléon lui-même mentionna à Bertrand à Ste-Hélène: "Mon père écrivait son nom avec un U; mon grand-père, sans U. Plusieurs branches de ma famille l'ont écrit avec un U, d'autres avec un O." (source: Cahiers de Sainte-Hélène, 24 août 1817)

Blason des Bonaparte
Blason des Buonaparte (avant Napoléon)
Source: Wikipedia

Pour ceux intéressés par l'héraldique, ce blason originel était ainsi décrit: un écu de gueules à deux cotices d'argent, accompagné de deux étoiles à six raies de même, l'une en chef et l'autre en pointe. Pour comprendre les termes héraldiques, on pourra se reporter au dictionnaire en ligne. La représentation ci-dessus n'est pas exactement celle de la description héraldique, car il faudrait les cotices (bandes de faible largeur) et les étoiles en couleur argent, et non or. Pour les étoiles, l'une est mise "en chef" (partie supérieure) et l'autre "en pointe" (partie inférieure). La représentation la plus proche semble être celle donnée par le site officiel des Musées Nationaux Napoléoniens (voir page Histoire), sauf qu'il aurait fallu une couleur argent plutôt que or pour les bandes et les étoiles.

Blason de la famille Bonaparte
Blason de la famille Bonaparte
Source: site des Musées Nationaux Napoléoniens

Le centre des Archives de l'État de Florence dispose, lui, d'une autre version, correcte au niveau des couleurs (argent).

Ecu des Buonaparte
Ecu des Buonaparte (source: Archives de l'État de Florence)

En final, chacun pourra se faire une opinion, à savoir si Napoléon tenait plus, du point de vue ancestral, d'un "Caucasien" (comme l'affirme le journal Le Figaro), d'Hannibal le Maure, voire de Jésus le Juif ! Il est difficile de trancher à l'heure actuelle et toutes les hypothèses sont possibles. Peut-être que la génétique nous permettra d'y voir plus clair dans un prochain futur.


Il va sans dire que les études généalogiques et ancestrales n'en sont qu'à leurs débuts, car la science de l'ADN a ouvert, depuis à peine quelques années, la voie à de nouvelles perspectives d'investigations familiales et historiques. Je ne peux qu'encourager chaque lecteur à participer à cette grande aventure humaine, en partant à la recherche de ses origines, et contribuer ainsi à combler les lacunes existantes sur notre compréhension de la population mondiale. Et rappelons que ces études, loin d'éloigner les hommes les uns des autres, au contraire les unit... comme des cousins plus ou moins éloignés au sein d'une vaste famille humaine. C'est à la découverte de notre passé, sans doute lointain mais forcément commun, qu'il s'agit de s'embarquer !

Albert Benhamou
Janvier 2012



Haut de page






Copyright © Albert Benhamou Publishing 2010-2012  - Tous droits réservés.